PicsouMagazine10_04122005


Le dimanche de Pâques, j'arrive à caler ma seconde leçon. Marlene, une amie westerneuse, se propose de venir avec moi pour servir de caméra-girl. Echec, elle oubliera son appareil dans sa voiture lors de la séance... Mais Pâques oblige, on commence par se faire péter la panse... Un rôti de dinde / pommes au four bien arrosés plus tard (sans compter le fromage - dont je suis interdite, mais c'est Pâques, merde, je peux bien faire une entorse), on se dit qu'il serait temps de se mettre à ch'wal.

Enfin, "on", moi, pendant que les autres peuvent digérer tranquille. Je mets 12 ans à lacer mes bottes Chââârles de Nevèèèèèl flambant neuves dont je suis fière comme un pou (non sans avoir blindé mes chevilles de pansements, quand même) et je m'en fais seller le Peti'toon, le TF toboggan noir que T. a commencé à dresser, si vous vous souvenez bien, voilà 3 mois maintenant. Euuuuh, OK.

Leçon du jour : on va apprendre à s'arrêter. Vaste programme, me dis-je. Eh ben je croyais pas si bien dire! Il faut savoir que T. n'hésite pas à faire passer ses messages de façon très imagée. Illustration : "alors, là, on va travailler l'arrêt. Bon, t'imagines que t'as la chiasse, et que t'es loin des toilettes ; en plus y a ton petit frère qui est sur le trône et qui lit Picsou magazine. Tu te retiens très fort en serrant les fesses. Vas-y, essaie". Moi, au pas sur la piste, je me marre. Mais bon, je serre les fesses comme le monsieur il a dit, et crac! le cheval s'arrête. Gni?

Epatée, je suis. T. se marre devant ma tronche, et m'explique "ben ouais c'est tout con, en serrant les fesses, tu bloques ton bassin en rétroversion et tu bloques le cheval par la même occasion. Bon, on va travailler du trot maintenant, tu prends le trot sur 5 foulées et tu t'arrêtes en serrant les fesses et en levant les yeux au ciel". Re gni? J'essaie, rebelotte, ça re-marche. Re-épatée, la Fifik. T., hilare : "hé ouais c'est tout con hein! quand tu serres les fesses et que tu regardes au ciel, tu bloques ton bassin, tu sors le ventre en raccourcissant le dos, tu te redresses et tes mains s'élèvent". Ha ouaaaaiiiiis mais c'est tout bête l'équitation alors? "Euh, non. Enfin si, mais faut beaucoup de boulot maintenant, alors roule!" Trop scotchée, je recommence plusieurs fois l'arrêt depuis le trot de la sorte pour bien emmagasiner les sensations, l'équilibre que ça demande... Et plus la séance avance, plus je me sens à l'aise sur le noiraud tape-cul, j'ai les épaules qui s'ouvrent, et je sens plusieurs foulées où j'arrive à suivre le cheval qui prend tout de suite une autre cadence, plus légère, plus équilibrée...

T. finit la séance en me mettant 4 barres au sol, faut habituer le Toon qu'il dit, il aime pas bien. Ha ouais, et la vache, qu'est-ce qu'il monte le dos!!!! Oo j'ai bien failli finir au tas dans le virage derrière, lors d'un passage...

Heureusement, on avait ramené des pâtisseries pour le goûter, je suis allée me remettre des émotions bien vite une fois la séance finie.