fran_oisDéjà samedi dernier mon cours avait été annulé à cause de la pluie. Bon, j'exagère un peu. Il pleuvotait, j'avais le choix entre mater le rugby à la télé ou aller ruiner mon brushing sous le crachin, j'ai pas hésité bien longtemps. Mais vu le résultat du match de rugby, finalement, j'aurais du aller monter. Bref. Hier la question ne s'est pas posée, il ne pleuvait pas. Par contre, juste après mon cours, c'était l'apocalypse. Orage, trombes d'eau, et même grêle sur l'autoroute au retour, un vrai bonheur.

J'aurais dû monter Eole hier, pour la première fois. Eole, c'est une sorte de poney tachu (encore un), qui est dressé en haute-école et tout. Quand j'avais complimenté T sur la finesse de Petit Toon la première fois où j'étais venue, il avait rigolé, m'avait dit que Toon c'était rien, qu'il était en cours de dressage, mais que par contre, Eole, oui, là on pouvait parler de finesse. UN AN. Il m'aura fallu un an de cours quasi hebdomadaires pour avoir le droit de prétendre toucher à la finesse. Mais finalement j'ai monté Toon. Tout cet effet d'attente pour rien =) Enfin ce n'est que partie remise, il a besoin d'un peu de remise en route et moi aussi.

La séance d'hier a en effet été consacrée à régler certains problèmes. Par exemple, la descente de la jambe. Je pensais qu'elle avait descendu, mais en fait, bah non. J'ai compris le principe d'adhérence de la cuisse sur le quartier de la selle, mais j'ai pas compris que le mouvement de la jambe ça doit partir du haut et pas seulement du genou. Donc résultat, je me tiens à cheval par une sorte de pince avec les genoux serrés au lieu de les avoir simplement au contact, et j'agis juste avec le bas de jambe. Forcément donc, le haut de la jambe est déjà fermé, il ne peut pas agir plus - ce qui me prive de cette aide lorsqu'il faut faire une sorte d'effet d'ensemble (c'est ce truc où on ferme les jambes, bloque le bassin et redresse le cheval à la force du dos en élevant les mains - tout agit ensemble, donc j'imagine que c'est ça l'effet d'ensemble? Mais ça s'trouve non en fait) Bref, j'y arrive pas puisque j'ai zéro force disponible dans la jambe, puisqu'elle est déjà en train de forcer au lieu d'adhérer souplement. DONC on a raccourci les pédales, de deux trous siouplé, histoire de retrouver le jeu des articulations, que je ramène le bas de jambe sous moi et que j'arrête de me cramponner avec mes genoux. J'ai redécouvert mes chevilles, aie. Et après j'étais toute perdue au trot. Va falloir, encore une fois, partir à la recherche de l'Assiette perdue. Pfff...

Bon, et puis le haut du corps aussi. Au lieu de sortir la poitrine, je creuse le dos. Alors forcément j'ai mal au dos au bout de deux tours de trot. Mais non, faut pas. Faut que j'apprenne à sortir la poitrine correctement, en gros en imaginant qu'un crochet tire l'entre-bonnets de mon soutien-gorge à environ 30° vers le haut. Et ça doit tirer dans les pectoraux (quels pectoraux?)

Bref. Voilà pour les problèmes de position, ce qui m'a permis de mettre le doigt sur mon plus gros problème : je monte vraiment pas assez, et chaque petit progrès que je fais est rapidement effacé par un autre défaut que je prends. Comme dit T c'est l'inconvénient d'être un cavalier "de loisir"! Enfin, quand je serai grande et que j'aurai un vrai boulot et que Billy sera assez grand lui aussi pour travailler tous les jours, les choses devraient changer.

Du point de vue du travail du cheval, on a continué dans la lignée du travail des précédentes séances. On a rajouté une muserolle à Toon, contre les principes de T. Mais quand un cheval a le défaut de systématiquement chercher à passer la langue (dans le cas du Noiraud, du fait de son passé dans les courses de trot, z'avez déjà vu leurs embouchures? c'est vilain et on comprend qu'ils cherchent à passer la langue).

trotteur_course

Concours de quincaillerie!!!

Bref. C'est pas toujours si pire, hein, j'ai pris la photo la plus éloquente possible. Mais vu l'attitude du Noiraud, ça me surprendrait pas qu'il ait au moins eu droit à l'anti-passe-langue bien planté dans le palais. Donc la muserolle, ça le dissuade d'essayer, et comme ça il peut se concentrer sur autre chose que tenter de passer sa langue coûte que coûte ; et de fait il est bien plus tranquille comme ça. Enfin, tranquille... un jour ce serait quand même bien qu'il apprenne à se concentrer un peu plus que pour une séance de 20 minutes, et à décréter qu'il en a marre au bout de 20 minutes (et ce même si on fait des pauses entre chaque exercice hein!) Il finit invariablement par faire le guignol, évidemment quand T le récupère il se fait souffler 2 secondes dans les bronches et pof! agneau. Un peu agaçant. "Vous osez pas!!!" qu'il dit T. Oui, je sais. Mais surtout on a pas son charisme naturel.

Sur le travail en soi, la séance a été consacrée à détendre en descente d'encolure puis à remonter et à conserver un cheval sur la main dans les différentes figures et déplacements latéraux au pas et au trot (la HED commence à être relativement correcte au trot, mais je bidouille trop dans mes mains sans avoir assez de jambes donc je mange trop d'impulsion ; l'EED j'ai même pas cherché!) Sur la mise sur la main, j'ai encore un peu de mal à conserver l'attitude régulière, mes actions de main manquent encore de fermeté et de discrétion, je vais trop prendre puis trop lâcher. "Trop de tout, pas assez de rien"!!!

On verra bien samedi...