baucherburidanpiafferOui, "diagonalisation" parce qu'on peut pas encore parler objectivement de piaffer. Y a un vague truc que j'ébauche, qui fait "un-deux-un-deux" presque sur place, mais on verra à parler de vrai piaffer quand ce sera défini, cadencé, les aides claires et les sensations captées. Autrement dit : s'pas d'main la veille! Ah, si seulement je pouvais me coller un vrai stage de 15 jours, 3 heures par jour dans la carrière, on irait beaucoup plus vite!

Dans la suite de la séance du 4 avril, me revoici en selle sur mini-tachu. T le détend pour moi - c'est pas mal, ce truc de se faire détendre le cheval. Je pense prendre un groom, d'ailleurs, j'étudierai toute candidature de quelqu'un qui se satisfera d'un canapé défoncé et de pâtes au thon 6 jours sur 7. Le salaire? ma reconnaissance et le droit de faire des nattes au plus beau poney du monde. A vot'bon coeur. Trêve de bêtises (ou pas), en l'occurrence c'est bien de voir un cheval qu'on connaît encore mal être détendu par son cavalier habituel pour "voir" : la locomotion, le caractère, les aides à employer, essayer de déceler les tics, les raideurs. Bon avec T évidemment c'est énervant, tout a l'air facile, les chevaux simples, les mouvements les sabots dans les naseaux. On sait déjà que quand ça sera notre tour, on va positivement en baver. Ouaip.

Je n'avais pas monté depuis 15 jours. Enfin si, en mode "rando" y a 8 jours, mais autant dire que ça compte pas. En plus, mes 2 dernières montures dépassaient allègrement le mètre 60, et avaient des foulées naturelles d'un peu plus d'1m50. Contrairement à Eole, donc, trottinette, claquette, tout ça à la fois. Il m'a fallu un bon moment pour réussir à me mettre avec lui cette fois, j'ai même dû raccourcir d'un trou et trotter enlevé quelques tours pour réussir à comprendre la cadence ("assieds-toi dans ta selle!" "j'peux pas!!!" "mais pourquoi?" "il est pas confortaaaaable!"). C'est-à-dire que plus T le bosse, plus il gagne en finesse et en rebond. Pis j'étais raide comme une pique, ça aide pas non plus. Bref, quelques tours et puis s'en vont, je retrouve ma position. On attaque le plat du jour assez rapidement (c'est qu'un barbecue nous attendait après).

Au niveau des aides, rien n'a changé : rassembler le pas en se grandissant fort dans le dos et en soutenant les mains, en pesant dans la selle pour inciter le cheval à s'asseoir ; quand on sent que le cul passe en dessous et que le mouvement se verticalise, descente de main, et pression alternative des mollets sur le poser du postérieur associé. Rien n'a changé non plus au niveau de ma perception, je suis toujours aussi peu douée pour ressentir le poser de chaque postérieur. Enfin, fugacement, ça vient, mais je ne sais pas encore assez bien doser pour conserver le mouvement. Soit j'en fais pas assez et le cheval s'arrête (faudrait voir à pas se fouler) soit j'en fais trop et je me fais remettre à ma place (cf minute 5'25" sur la vidéo). Malgré tout j'ai quand même réussi à obtenir quelques ébauches correctes. Comme d'habitude je suis un peu déçue de pas y arriver ; mais j'ai l'impression que plus je progresse et plus j'arrive à me satisfaire de petits résultats. Le moindre petit progrès fait part d'un grand progrès général, c'est ce que je me dis. Positive attitude, les gars!


eugenie eole par mistic54

Allez soyez sages, soignez votre crise de foie, et à ce week-end pour les photos de l'arrivée triomphale du morpion! Kikoolol les copains!

Illustration : Baucher et Buridan au piaffer.